La navigation sur le site  https://romans-patrimoine.fr  est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur

Connaissez-vous cette "méridienne" à Romans ?

                                                                                                                 

 

L’homme a toujours voulu mesurer le temps. Le cadran solaire est le premier instrument scientifique de l’histoire de l’humanité qui cumule les fonctions de mesure du temps et de détermination des grandes périodes de l’année solaire. Le premier cadran solaire connu date de 1500 avant notre ère. C’est un cadran solaire égyptien.

L’heure solaire est l’heure vraie, mais c’est aussi l’heure locale, mesurée par le cadran solaire. Louis XIV avait spécifié, en 1641, qu’il fallait « régler les horloges publiques suivant le cours du soleil ». Chaque cadran solaire marque l’heure vraie de l’endroit où il se trouve, si aucune correction de longitude et d’équation du temps n’est faite. La longitude d’un lieu correspond au méridien de cet endroit. C’est une ligne imaginaire du pôle nord au pôle sud.

 A Romans nous sommes à 5 degrés Est du méridien d’origine, celui de Greenwich.

       
 
cadran
 

C’est un cadran solaire particulier destiné principalement à mettre à l’heure les montres et les horloges à une époque pas très éloignée de la notre. En effet, il faut tenir compte du temps régulier. A partir de 1816, les horloges de Paris ont été réglées sur le temps moyen de Paris, puis en 1911 sur celui du méridien international.

Le cadran vertical se caractérise, comme son nom l'indique, par une table verticale placée face au sud. Son style, parallèle à l'axe des pôles, est positionné sur la ligne de midi. Cette dernière est toujours verticale. Pour notre hémisphère, les heures du matin sont à gauche et celles de l'après-midi à droite. Il ne peut indiquer l'heure que de 6h à 18h.

            Cette méridienne, dont nous ne connaissons pas la date de création, mais qui a fait longtemps référence à Romans, est classique. Elle comporte une courbe en huit, dite « méridienne de temps moyen » qui permet de connaître le temps civil en effectuant les corrections simples, nécessitées par les différences de longitude et le décalage légal de l’heure. Cette courbe en huit a été inventée vers 1730 par Grandjean de Fouchy. Généralement tracée autour de la ligne de midi, mais elle peut aussi l’être autour d’une autre ligne et placée sur la méridienne au moment de la construction. Cependant, parfois, elle est rajoutée lors d’une restauration de cadran solaire.

       
 

C’est un outil didactique d’une assez grande valeur car il permet, à la fois de prendre connaissance de données astronomiques, certes élémentaires, mais aussi de tout un passé social et culturel. C’était à la fois un lieu de rencontre et un endroit où les individus venaient mettre leurs montres à l’heure.

Quelques explications rapides de son fonctionnement :

Ce « cadran solaire vertical méridional » indique l’heure solaire vraie entre 11 heures et 13 heures. Lorsque la tache lumineuse projetée, dont on voit l’ombre sur la photo, par le « style perforé » est sur la ligne verticale centrale, il est midi au soleil. Celui-ci est exactement au sud et à sa hauteur maximale de la journée.

Pour diverses raisons astronomiques, la marche apparente du soleil n’est pas régulière. Il a fallu imaginer un temps moyen qui est le seul à correspondre à la marche régulière d’une horloge mécanique.

L’équation du temps est la différence entre le temps moyen des horloges et le temps vrai des cadrans solaires. Elle varie au fil des jours et peut atteindre une avance de plus de 16 minutes sur le temps moyen en novembre et un retard de 14 minutes en février. La courbe en forme de huit dissymétrique allongé, dite « méridienne du temps moyen », correspond au midi moyen lu en fonction de la date indiquée par la longueur de l’ombre.

Il est bon de signaler que l’écart entre le « midi vrai au soleil » et le « midi moyen » ne coïncide que quatre fois par an.

Faisant partie de notre patrimoine culturel et social un tel instrument mérite d’être préservé, restauré et aussi d’être mieux connu.

 
meridienne 2
       
 

Toutes ces indications nous ont été fournies par Mr Chevalier-Seyvet, membre de la commission des cadrans solaires à la Société Astronomique de France.

Sauvegarde du Patrimoine Romanais et Péageois                                                                                                          Jean Pierre Devoize

   

L'association S.P.R.P. a pour buts de défendre et de favoriser la conservation du patrimoine architectural, historique, culturel et environnemental des villes de Romans, Bourg de Péage et leurs pays, par l'étude et une meilleure connaissance des deux cités traversées par la rivière Isère. Elle a pour objets d'organiser diverses manifestations, expositions et conférences, parutions, journées du patrimoine. L'association S.P.R.P. s'interdit toute propagande politique ou religieuse et toute forme de discrimination et garantit la liberté de conscience.