La navigation sur le site  https://romans-patrimoine.fr  est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur

Genèse du projet

L’idée d’un canal dérivant les eaux de la Bourne pour irriguer la plaine de Valence est très ancienne puisque la demande était présente dans les cahiers de doléances du Dauphiné transmis au roi en 1760.

Napoléon Ier engagea la première étude dés 1810, mais le projet n’aboutit que le 21 mai 1874 avec la signature d’un décret d’autorisation à la « Société du Canal de la Bourne ».

L’ensemble barrage sur la Bourne à Auberives et canal de 46 km de longueur dérivant l’eau vers la plaine de Valence fut mis en service en 1879. Ce n’est que plus tard que la « Société anonyme du Canal de la Bourne » signe une convention avec deux ingénieurs Fréjus Mertz et Louis Goichot pour la construction et l’exploitation d’une centrale hydroélectrique à l’Écancière, petit village situé à environ 9 km en amont de l’agglomération de Bourg-de-Péage. Cette centrale utilise le surplus des eaux fournies par le canal de la Bourne qui ne se sont pas utilisées pour l’irrigation. Cette convention stipule un retour des installations à la « Société du Canal de la Bourne »à l’expiration de la convention prévue pour une durée de 60 ans à compter de la date de mise en service de la centrale le 1er août 1917. Puis, les interlocuteurs changent, la « Société du Canal » devient le « Syndicat enter Communal du canal de La Bourne » le 8 septembre 1933 et la « Société anonyme immobilière des forces motrices du Vercors » en 1921 avant d’être intégrée dans le groupe EDF lors de la nationalisation de 1946

Une cour d’amour à Romans Une vue du barrage.
 
L'ecanciere salle des machines Salle des machines

A l’issue des 60 ans prévus par la convention initiale EDF rétrocède la centrale au SCIB le 31 juillet 1977…Une centrale qui fit donc partie d l’EDF de 1946 à 1977.

Les travaux

La centrale fur construite entre 1915 et 1917 avec une main d’œuvre provenant en partie des prisonniers de guerre allemands.

Les principaux faits marquants

  • Le 4 août 1928, un spectaculaire incident se produisit : un pan de la falaise qui surplombe l’usine se détache éventrant le toit de la centrale et causant des dégâts sur un des 2 groupes de production.
  • En 1931, la mise en eau du barrage de Pizançon rehausse le niveau aval de 6 m environ obligeant le relèvement de l’ensemble des installations et le remplacement des bâches et des roues de turbine. Heureusement la hauteur importante de la salle des machines évitera une reconstruction du bâtiment.
  • En 1977, l’usine est rétrocédée par EDF au Syndicat du Canal de la Bourne, au terme d’une convention de 60 ans.

L'association S.P.R.P. a pour buts de défendre et de favoriser la conservation du patrimoine architectural, historique, culturel et environnemental des villes de Romans, Bourg de Péage et leurs pays, par l'étude et une meilleure connaissance des deux cités traversées par la rivière Isère. Elle a pour objets d'organiser diverses manifestations, expositions et conférences, parutions, journées du patrimoine. L'association S.P.R.P. s'interdit toute propagande politique ou religieuse et toute forme de discrimination et garantit la liberté de conscience.